Focus sur...

BALMES TRANSPLANTATION


Une solution pour la protection des greffons

 

Installée tout début 2016 dans le bâtiment Béret-Delaage (ex-bâtiment Trophos) géré par Grand Luminy, l’entreprise Balmes Transplantation travaille sur un sujet dont les enjeux de société sont majeurs : la transplantation, et plus particulièrement, l’amélioration de la qualité des greffons de transplantation. Rencontre avec Patrick Berna, CEO et fondateur de la société.

 

Pourquoi vous intéressez-vous à la transplantation ?
La greffe d’organes est une avancée majeure du domaine médical. Encore aujourd’hui, elle reste la seule option thérapeutique lors de la perte irréversible d’un organe vital.
Malheureusement, la pénurie de greffons est patente à l’échelle mondiale, les listes d’attentes s’allongent et de plus en plus de patients n’ont pas la chance d’être greffés à temps. Balmes Transplantation entend agir dans ce domaine pour contribuer à réduire cette pénurie.

Plus précisément, comment comptez-vous agir ?
Balmes Transplantation développe un traitement pharmaceutique afin de prévenir les lésions d’ischémie-reperfusion (IR), sources de dégradation de l’organe pendant son transport. Ces lésions d’IR représentent désormais la problématique majeure pour l’amélioration de la reprise de fonction de l’organe à court terme et de son maintien à long terme.
Notre traitement pharmacologique de l’organe contre les conséquences à la fois de l’ischémie mais également de la reperfusion permet d’accroître l’efficience et la viabilité d’un plus grand nombre de greffons.

Où en êtes-vous dans le développement de cette solution thérapeutique ?
Notre premier produit traitera spécifiquement les greffons de rein. Grâce à une approche ambitieuse, nous souhaitons le proposer aux chirurgiens transplanteurs d’ici 2 ans pour viser son enregistrement d’ici 5 ans.

C’est une échelle de temps très courte dans le domaine pharmaceutique, pouvez-vous nous en expliquer la raison ?
Balmes Transplantation travaille sur des molécules enregistrées dans d’autres indications, pour lesquelles une grande partie du développement préclinique et règlementaire a déjà été réalisée, ce qui se traduit par un temps de développement réduit et des chances de succès plus élevées.

Quel a été votre parcours, avant la création de Balmes Transplantation ?
J’ai un Doctorat de Biochimie. J’ai occupé pendant 15 ans différents postes dans de grands groupes pharmaceutiques tels que Boehringer Ingelheim et Pfizer, avant d’être recruté par Antoine Béret en tant que Directeur du Développement et membre du conseil d’administration de Trophos, ces 10 dernières années.
C’est lors de cette dernière expérience que j’ai réalisé l’impact important qu’un traitement des lésions d’IR pourrait avoir en transplantation. J’ai développé le projet Balmes Transplantation en parallèle de Trophos avec l’aide de l’incubateur Impulse et de Grand Luminy. Une fois que Trophos a été rachetée par le groupe Roche, j’ai sauté le pas et démarré la société.

Où en est Balmes Transplantation aujourd’hui ?
En tant que lauréat du concours, nous avons bénéficié de l’accélérateur Go4BioBusiness, porté par Eurobiomed et Grand Luminy, pour consolider les bases de la société et nous permettre de nous concentrer sur notre cœur de métier : le développement de médicaments. Nous avons deux produits en développement.
Grâce également à une aide PRI de la région PACA et de la DIRECCTE, nous avons récemment engagé le Dr Méryl Thomas, docteur de l’Université de Pittsburgh et Guillaume Demarne, pharmacien récemment rentré de l’étranger, qui viennent renforcer l’équipe et continuer de développer Balmes Transplantation. D’autres recrutements sont prévus en 2017 pour accélérer le développement préclinique et clinique de nos candidats médicaments.

Que peut-on-vous souhaiter pour la suite ?
2017 sera capitale dans le développement de Balmes Transplantation, avec des objectifs précliniques, règlementaires et de levée de fonds ambitieux. Souhaitez-nous de les atteindre au plus tôt pour contribuer à aider les patients en attente.
Indépendamment de nos avancées, Il est bon de garder à l’esprit qu’il est également essentiel pour ces patients, que nous sommes tous potentiellement, de se positionner pour le don de ses propres organes !


Contact
Info(@)balmestransplantation.com
http://balmestransplantation.com
 

partager

LES FINANCEURS